Baikalie aventure, le début du monde sauvage

Publié le par Sandrine et Julien

Déjà 550 Km d’effectué

Depuis une semaine, nous avons quitté la voix ferrée et nous éloignons progressivement de la civilisation. La taïga est magnifique. Elle est généreuse en nous offrant des champignons, des plantes pour manger du bois pour nous réchauffer et cuisiner et surtout l’indispensable, l’allume feu par tout temps, bien meilleur que le papier : l’écorce de bouleau. Mais tous les jours la vie en forêt n’est pas si paisible. Les ours, les loups, les lynx, les tics, le froid, sont omniprésents et à la fois invisibles.

Tous les jours nous devons choisir entre le lac Baïkal et ses éventuels tempêtes, ou la taïga et ses animaux sauvages. << Julien ! Arrêtons nous ici dans ce refuge ! Nous ne craindrons pas les ours cette nuit ni demain si le lac Baïkal est en colère. >> dit Sandrine.

Les dernières grosses vagues que nous avons affronté, une journée dans les roseaux du delta du Sevenga, et les ours plus au nord, nous on longuement fait réfléchir : continuons nous Baikalie aventure par la mer? Nous avons finalement pu éviter le Delta du Sevenga, passage très délicat avec l’impossibilité de planter la tente sur cent kilomètres. Sergueï nous a conduit avec le camion du monastère de Pasolskoïé ( ?) de l’autre coté. Il faisait beau, alors nous avons décidé de poursuivre. Nous sommes à deux jours de beau temps du village le plus proche, un portage serait impossible…

Petite devinette expé : Quels déchets produisons nous ?

Publié dans baikalieaventure

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article